×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Frisson

Par L'Economiste| Edition N°:2434 Le 02/01/2007 | Partager

Nous commençons l’année 2007 avec un heureux frisson car la vitesse de la croissance est délicieusement grisante. Les chantiers qui tournent partout à plein régime, l’argent afflue à la Bourse… Le moteur de la voiture-Maroc a été gonflé par la politique du Palais et de Jettou. Mais des pièces grincent bien fort: nous ne sommes toujours pas dans les temps pour le programme énergétique (si tant est qu’il y en ait un) et nous ne sommes pas en ligne en ce qui concerne la formation de nos jeunes. Le moteur ronfle bien, mais il risque la panne, panne électrique et panne humaine.L’influence extérieure, toujours forte sur le Maroc, sera contrastée. L’exécution télévisée de Saddam Hussein, les pressions salafiste et chiite sur l’ensemble du monde musulman (plus ou moins soutenues par les Etats-Unis) vont élargir le fossé politique avec Washington. Il faudra bien du savoir-faire pour maintenir des relations non périlleuses avec ce pays, qui reste, de très loin, le plus fort du monde. Et qui est tout à fait capable de traîtrise…L’Europe présente de meilleures perspectives, surtout si les délocalisations continuent à partir de la France et de l’Espagne. Il n’y a pas de raison qu’elles s’arrêtent car d’un côté, Madrid va retrouver son problème de terrorisme basque et, de l’autre, les élections françaises vont déboucher sur des difficultés sociales, quelle qu’en soit l’issue. Il faudra pourtant surveiller les deux nouveaux européens, la Roumanie et la Bulgarie. Elles ont des coûts salariaux inférieurs aux nôtres avec des niveaux de qualité supérieurs. Mauvaise conjonction!Donc pour bien s’en sortir vis-à-vis de ce vieux partenaire qu’est l’Europe, il faudra sans état d’âme continuer à mettre en avant les atouts de proximité géographique, culturelle, linguistique… Et, on en revient toujours là, dans les écoles, faire en sorte de former les hommes et les femmes qui seront capables de maintenir cette proximité.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc