eleconomiste



eleconomiste
L'Economiste est heureux de vous annoncer le retour de sa version imprimée dans les kiosques. La version numérique reste accessible en cliquant ici
Tribune

5 juin, journée mondiale de l’Environnement: «Ramener la nature dans nos vies»

Par Claudia WIEDEY | Edition N°:5776 Le 05/06/2020 | Partager

Claudia Wiedey est ambassadrice de l’Union européenne au Maroc (Ph. DR)  

Le monde sort peu à peu de son confinement forcé dû au Covid-19. Le coronavirus est toujours présent, et nous met face à une menace extérieure qui a atteint le monde entier. Une réponse globale à ce phénomène est la seule solution pour tenter d’en venir à bout. Il en est de même pour l’environnement et le climat: si nous ne joignons pas nos forces et nos énergies pour atténuer les effets dévastateurs du changement climatique et de la dégradation de l’environnement, nous n’arriverons à aucun résultat durable. De la même manière que nous avons dû adopter des gestes barrières durant cette pandémie pour préserver notre santé et celle des autres, notre responsabilité individuelle est également engagée pour la sauvegarde de l’environnement: un petit nombre de personnes dévouées peut provoquer des changements majeurs! Nous devons acquérir des réflexes de protection de la nature qui nous entoure, faire des économies d’énergie, recycler nos déchets, participer à des actions de dépollution… aussi bien pour préserver notre santé que celle de nos concitoyens.  A l’image du virus, les conséquences de la dégradation du climat et de l’environnement, comme les dégagements de dioxyde de carbone et de montée des océans, ne connaissent pas de frontières.

Cette année, la biodiversité est le thème principal de la journée mondiale de l’environnement. L’Union européenne a adopté le 22 mai dernier sa stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030, qui a pour titre «Ramener la nature dans nos vies»: La pandémie actuelle, dont l’origine est probablement animale, nous rappelle dramatiquement comment l’homme et la nature qui l’abrite sont intimement liés. La biodiversité est essentielle à la vie. Les risques d’apparition et de propagation de virus et maladies infectieuses augmentent à mesure que nous entrons en contact avec la nature la plus sauvage dans les endroits les plus reculés. Notre planète, et donc notre survie, en dépendent. Lorsque la nature est en bonne santé, elle protège, se régénère et pourvoit aux besoins. La biodiversité et les écosystèmes nous procurent nos aliments, des médicaments, la nature nous fournit les matériaux de construction et tous les éléments nécessaires à la fabrication des produits que nous utilisons. Plus récemment la nature est aussi devenue la destination de nos loisirs. Ainsi, nature et environnement sont les sources de notre santé et de notre bien-être. Ils filtrent notre air et notre eau, contribuent à maintenir l’équilibre climatique, transforment les déchets en ressources, pollinisent et fertilisent les cultures. Tous les cycles naturels sont des équilibres précieux que l’homme a appris à maîtriser mais pas encore à respecter.
La crise de la biodiversité et la crise climatique sont intimement liées.

Le changement climatique, à travers les sécheresses, les inondations et les incendies, accélère la destruction des écosystèmes. Inversement, la détérioration des habitats naturels et l’exploitation extrême de leurs ressources, le pétrole bien sûr, mais aussi le sable, le bois, les minerais, l’eau, sont des facteurs clés du changement climatique; ces problématiques étant liées, les solutions qui existent pour les contrer le sont aussi.

«Partenariat euro-marocain de prospérité partagée»

Le Maroc de par l’engagement de son action dans la lutte contre le changement climatique est particulièrement bien placé pour mener avec l’Union européenne, la recherche de synergie avec d’autres partenaires qui peuvent bénéficier de nos expériences mutuelles (voir encadré).

Ainsi le Maroc et l’Union européenne ont l’opportunité de développer un agenda commun ambitieux dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de l’environnement. Nous avons ensemble réaffirmé notre ambition de développer un véritable «Partenariat euro-marocain de prospérité partagée», dans lequel la coopération en matière d'environnement et de lutte contre le changement climatique est un axe fondamental. La gestion de l’eau, la politique forestière destinée à préserver les écosystèmes, l’efficacité énergétique des bâtiments, les énergies renouvelables, les appuis au développement rural pour une agriculture climatiquement résiliente et écologiquement responsable, l’écotourisme, la protection des oasis, l’entrepreneuriat vert, l’économie verte, la préservation des écosystèmes marins, la pêche durable, sont autant de programmes soutenus par l’Union européenne au Maroc, ou qui le seront à l’avenir. Ils vont dans le sens d’une vision et une volonté marocaines de s’inscrire dans cet élan mondial de politique environnementale ambitieuse : en témoignent par exemple l’initiative des «3A» «Adaptation pour l’Agriculture en Afrique» lancée par le Maroc en 2016, l’«Initiative de la Ceinture bleue» lancée en 2019 par le Maroc et applaudie par plus d’une vingtaine de pays, essentiellement africains, et par l’Union européenne, ainsi que l’initiative «3S» «Sustainability, Stability, Security Initiative» co-présidée par le Maroc et le Sénégal qui concerne actuellement 12 pays africains.  Ce partenariat permettra de construire une approche plus systématique, inclusive et intégrée, pour répondre aux défis de tous les secteurs de la société. Le pari gagnant du XXIe siècle est de développer ensemble tout un éventail d’actions adapté au contexte local, tissant ensemble modernité, emplois de demain, équité sociale et économie verte.

Ces questions sont au cœur de la réflexion actuelle autour du nouveau modèle de développement du Royaume. Elles transparaissent déjà dans les nouvelles stratégies agricole et forestière au lancement desquelles j’ai eu le plaisir d’assister, ainsi que dans l’élaboration de la stratégie post-Halieutis pour les années futures, qui traduisent bien cette transversalité de la question environnementale et que nous espérons pouvoir accompagner dans les années à venir.

Le «Pacte vert pour l'Europe»

La protection de l’environnement a été très tôt une des priorités affichées de l’Union européenne, qui a été pionnière au niveau mondial, dans la volonté de protéger la planète depuis les années 70. Plus près de nous, la Commission Von der Leyen a adopté, dès son entrée en fonction, le «Pacte vert pour l’Europe», afin de promouvoir l’utilisation efficace des ressources grâce à une économie propre et circulaire, qui restaure la biodiversité et réduit la pollution, dans l’objectif d’atteindre une Europe climatiquement neutre en 2050. Mais la décarbonisation d’une seule économie, aussi large soit-elle, ne peut être suffisante pour atteindre des résultats à l’échelle de la planète. Ainsi ce «Pacte vert pour l’Europe» ne pourra être efficace que s’il permet de rassembler les autres nations autour d’un objectif commun. 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc