×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Pass sanitaire, vaccination obligatoire: La colère de la rue

Par L'Economiste | Edition N°:6060 Le 27/07/2021 | Partager
Mobilisation contre les restrictions sanitaires dans plusieurs pays
En France, le pass étendu devrait être appliqué début août
Le temps presse face à une flambée des contaminations
paris-060.jpg

En France, le cap des 40 millions de primo-vaccinés a été franchi lundi 26 juillet, a annoncé Emmanuel Macron. Le président est déterminé à tenir le rythme avec l'extension controversée du pass sanitaire, votée au Parlement dimanche, et qui devrait s'appliquer début août. La colère grandit contre l’obligation du pass sanitaire dans plusieurs pays (Ph. AFP)

Les manifestations anti-res­trictions se multiplient. L’OCDE avait lancé l’alerte il y a quelques jours. Selon son rapport «Perspec­tives du développement mondial 2021: de la contestation à la coopé­ration», les troubles civils et autres manifestations majeures de mécon­tentement pourraient s’intensifier au lendemain de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 (voir détail dans l’édition N° 6052 du 13/07/2021).

En France, c'est aux cris de «Liberté, liberté!» que les oppo­sants ont manifesté leur colère contre l'extension du pass sani­taire et la vaccination obligatoire pour certaines professions comme les personnels médicaux. Après une semaine d’intenses débats, le pass sanitaire a été adopté défi­nitivement dimanche soir par le Parlement français. L'Assemblée nationale a mis fin, par un large vote (156 voix pour, 60 contre, 14 abstentions), à un marathon parle­mentaire entamé mardi dernier sur ce texte controversé. Il a été dé­noncé jusqu'au bout par l'opposant Jean-Luc Mélenchon (LFI, extrême gauche) comme une «liberté condi­tionnelle», rapporte l’AFP.

Le Sénat, dominé par la droite, avait déjà approuvé le même texte. Lequel prévoit un pass sanitaire étendu à un grand nombre de lieux dont les restaurants et les transports et une obligation vaccinale pour les soignants. Il n'y aura toutefois «pas de licenciement pour les personnes qui ne respecteraient pas l'obliga­tion vaccinale du fait de leur pro­fession, mais une suspension du sa­laire». Ce point avait été âprement discuté. Le projet de loi doit encore passer le filtre du Conseil constitu­tionnel saisi par le Premier ministre Jean Castex et la gauche. Le pass étendu devrait être appliqué début août.

Le temps presse face à une flam­bée des contaminations liée à la propagation du variant Delta, très contagieux. L'enjeu pour l'exécutif est de tenter de prendre de vitesse une quatrième vague épidémique redoutée par les scientifiques et le ministre de la Santé, Olivier Véran, comme «forte, avec un impact hos­pitalier qui pourrait être très dur à la mi ou à la fin août». Outre l'obli­gation vaccinale pour les soignants, sapeurs-pompiers ou professionnels auprès des personnes âgées, le pro­jet de loi prévoit une extension du pass sanitaire début août dans les cafés-restaurants, foires et salons, avions, trains et cars longs trajets, établissements médicaux. Une très large majorité de Français (76%) approuve pourtant la décision de rendre obligatoire la vaccination pour les personnels soignants et d'autres professions, selon un son­dage du 13 juillet. Le pass sanitaire recueille aussi une majorité d'ap­probations.

Parallèlement, l'exécutif français continue à pousser à la vaccination dans l'espoir de passer le cap des 40 millions de primo-vaccinés lundi, avec un mois d'avance sur l'objectif initial. Près de 60% de la popula­tion française a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, selon les données sanitaires pu­bliées dimanche soir.

De Polynésie, le président fran­çais Emmanuel Macron avait lancé, le week-end dernier, un message pour appeler la population à se faire vacciner. Les chiffres clés de la si­tuation sanitaire (hospitalisations et nombre de patients en réanimation) restent stables, malgré la montée en flèche des cas de contamination depuis environ quinze jours (16.167 nouveaux cas dimanche).

Ailleurs

Les manifestants étaient également des milliers en Italie, protes­tant là aussi contre l'adoption d'un pass sanitaire obligatoire pour accé­der aux lieux fermés à partir du 6 août. De son côté, l'Allemagne, aux prises elle-même avec une accélération des contaminations, a décidé de durcir les restrictions pour les voyages en Espagne, y compris les Baléares et les Canaries, face à une résurgence de cas de Covid.

L'Espagne imposera également une quarantaine de dix jours aux voyageurs en provenance d'Argentine, de Colombie, de Bolivie et de Namibie à partir du 27 juillet.

Une mesure suscitée par la hausse des cas dans la région Amérique latine et Caraïbes, la plus endeuillée au monde par la pandémie, qui a dépassé samedi dernier le seuil des 40 millions de cas déclarés de Covid-19 pour plus de 1,3 million de décès.

                                                                  

Une course contre la montre

L'OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Co­vid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé. En Europe, la moitié des adultes, soit 200 millions de personnes, sont vaccinés contre la Covid-19 mais la progression du variant Delta menace de gêner le retour à la normale sur le continent, selon la Commission euro­péenne. Cela correspond à «54,7% d'adultes totalement vaccinés et la Commission se fixe l'objectif de 70% d'adultes vaccinés cet été». Une course contre la montre est engagée avec le variant Delta, identifié pour la pre­mière fois en Inde, qui provoque une nouvelle vague de contaminations dans de nombreux pays, notamment en Europe. «La reprise de l'économie de la zone euro est en bonne voie», a indiqué la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde. Mais «la pan­démie continue de jeter une ombre, d'autant plus que le variant Delta constitue une source croissante d'incerti­tude. La remontée des contaminations, due à ce variant, pourrait freiner la reprise dans les services, notamment dans le tourisme et l'hôtellerie», a-t-elle ajouté.

F. Z. T. avec agences

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite