×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Musique: Un clip pour sublimer Casablanca

Par Karim Agoumi | Edition N°:6100 Le 24/09/2021 | Partager

Montrer Casablanca sous un regard neuf et contemporain pour la magnifier et rompre avec son image de «Casanegra». C’est l’esprit du tout nouveau clip musical de l’artiste panafricain Xander Pratt, qui vient d’être présenté en avant première à l’hôtel Onomo. Un travail regorgeant de créativité et de symbolique et visant avant tout à redonner à la ville blanche ses lettres de noblesse d’antan.

xander-pratt-00.jpg

Xander Pratt compte parmi les dix artistes les plus avant-gardistes d’Afrique d’après CNN Africa.  Sa musique est un mélange subtil et rythmé de jazz et d’afrobeat, dont les refrains entraînent par des paroles profondes et une voix rauque riche en émotions (Ph. Khalifa)

Le clip, produit par l’agence In One Entertainment et Sigma Technologie, met ainsi en image le prochain single du chanteur et designer de mode ghanéen intitulé «Casablanca» dont la sortie officielle sur le territoire est prévue le 2 octobre. Objectif? Valoriser les spécificités et le patrimoine architectural mais aussi culturel de la métropole et susciter un réel engouement pour cette ville. «Rien de tel qu’un artiste d’une autre culture pour dévoiler Casablanca sous un regard neuf et objectif», confie ainsi le DG de l’agence de production Tarik Mounim.

Pour sublimer le chaos de la ville, le réalisateur du clip – Ahmed Aksas alias «Actarius» auteur notamment de la série de science fiction «Switchers» - n’a pas hésité à multiplier les techniques artistiques et à recourir à des effets spéciaux. Ainsi, l’impression constante de mouvement de la métropole a été obtenue notamment par une succession de plongées et de contre-plongées mais, également, par des figures de danse et d’expression corporelles que l’artiste a exécuté minutieusement accompagné de l’influenceuse Rita Nassiri. La beauté de la cité blanche a par ailleurs été mise en exergue à travers des jeux d’ombre saisissants mais, également, via des contrastes entre couleurs vives et ternes.

Le choix des lieux, quant à lui, n’a pas non plus été fortuit. L’artiste a ainsi tourné à l’intérieur de l’église du Sacré-Cœur, un lieu chargé d’histoire et faisant partie intégrante de la culture de la ville. «Parmi les lieux figurant dans le clip notamment, l’on retrouve entre autre le Sacré-Cœur, symbole de la tolérance séculaire du Royaume et construite par Paul Tournon en 1930, qui arbore un style mêlant subtilement esthétique gothique et art déco», tient à souligner Mounim. Autre symbole de la métropole apparaissant dans le film, la célèbre Cadillac jaune de l’ancien souverain Mohammed V. «Ce véhicule pour le moins mythique accompagnait souvent les sorties officielles du monarque et a marqué les esprits des marocains de manière intemporelle», ajoute le responsable.

xander-pratt-200.jpg

Dans son dernier clip intitulé «Casablanca», l’artiste ghanéen nouvellement résident au Maroc Xander Pratt rend hommage à la ville blanche et notamment à ses figures culturelles emblématiques parmi lesquelles l’église du Sacré-Cœur (Ph. I.O.E.)

Le single, de son côté, allie subtilement airs de jazz et d’afrobeat auxquels le chanteur ghanéen a associé des paroles profondes et des refrains accrocheurs grâce à sa voix rauque et riche en émotions. Une œuvre visuelle et musicale dont l’artiste s’est inspiré de sa passion récente pour le pays. «Depuis quelques années, je suis résident permanent au Maroc. Casablanca m’a séduit et attiré par ses couleurs chatoyantes et par son environnement sonore unique, lui procurant à la fois énergie et fantaisie», confie avec ferveur l’artiste.

Une expo en parallèle

Parallèlement à la sortie du single – qui fera partie de son album «Train to Marrakech» prévu pour 2022 –Xander Pratt expose jusqu’au 24 septembre une série de photographies intitulées «Essence of Africa». Une quinzaine d’autoportraits au sein desquels l’artiste s’est mis en scène dans des décors naturels filmés à Marrakech ainsi que dans le sud du pays, vêtu de ses propres créations vestimentaires. Des autoportraits exprimant énergie et spiritualité réalisés avant tout pour rendre hommage au Maroc ainsi qu’à l’Afrique dans sa globalité.

«Durant le confinement, Xander Pratt a longuement médité sur sa personne. Cette œuvre photographique marque un retour aux sources et un enracinement au continent Africain, à partir duquel l’artiste prend son envol spirituellement en dégageant des ondes positives et bienveillantes», explique la co-organisatrice de l’évènement et fondatrice de la galerie d’art en ligne Art First Galerie Selma Naguib.

Enfin, la manifestation a également permis d’exposer la dernière collection de mode de l’artiste baptisée «Majestic Kingdom». Des vêtements qu’il a lui-même dessinés et inspirés en grande partie de l’essence africaine.

                                                                 

Un artiste aux multiples facettes

D’origine ghanéenne, Xander Pratt a élu domicile au Maroc en 2019. A la fois créateur de mode, directeur artistique, photographe mais aussi chanteur, cet artiste panafricain était auparavant basé à Melbourne en Australie. Il œuvre actuellement dans bon nombre de domaines des plus diversifiés, allant de l’écriture de chansons à la production musicale, en passant par le design de mode ou encore la mise en scène.

Karim AGOUMI

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite