×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

La Fondation OCP boucle 39 projets en 2020

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:6115 Le 15/10/2021 | Partager
Le bras social du phosphatier n’a pas chômé malgré la pandémie
Recherche, innovation, soutien à l’agriculture communautaire, les chantiers
L’éducation et la formation, au cœur des actions

Si 2020 a été une année de Covid, elle a été aussi une année d’innovation sociale pour la Fondation OCP. Malgré la crise mondiale liée à la pandémie, l’institution a renforcé ses programmes pour répondre à l’urgence tout en continuant à accompagner et faire émerger ses communautés fragilisées, relève son rapport 2020. Ainsi, 39 projets ont été menés durant l’année 2020.

fondation-ocp-015.jpg

Grâce à l’engagement de la Fondation OCP, l’Institut Pasteur du Maroc abrite désormais un centre de virologie médicale pour germes hautement pathogènes. L’objectif est la détection et l’alerte relative à la survenue de tout phénomène anormal lié à la circulation des virus émergents, la veille virologique et le développement de nouvelles techniques de diagnostic (Ph. Pixabay)

Près de 50% des bénéficiaires étaient des femmes et des enfants. «La pandémie nous a permis de renforcer notre capacité collective à innover, pour affronter les défis: éducation de qualité pour tous, R&D novatrice, économie solidaire et sociale inclusive avec un champ d’action qui dépasse les frontières du Maroc», peut-on lire dans le rapport.

Au détail, ces projets sont vastes avec plusieurs chantiers sociaux. D’abord en termes de recherche et de veille épidémiologique. La Fondation a lancé trois initiatives. La première porte sur la création d’un centre de virologie médicale pour germes hautement pathogènes au sein de l’Institut Pasteur du Maroc. Ce centre a pour but la détection, l’alerte relative à la survenue de tout phénomène anormal lié à la circulation des virus émergents, la veille virologique et le développement de nouvelles techniques de diagnostic des germes hautement pathogènes.

La seconde initiative concerne la création d’un laboratoire de biosécurité niveau 3 de recherche et de développement autour de la virologie qui verra le jour à l’UM6P. Ce laboratoire renforcera la capacité nationale et sera ouvert aux chercheurs spécialisés en germes hautement pathogènes. Il aura aussi pour objectif d’appuyer l’émergence d’un écosystème entrepreneurial pour la valorisation des résultats de la recherche et le renforcement de l’industrie biomédicale nationale.

Et pour renforcer la recherche en virologie, un appel à projets en Recherche & Développement en rapport avec les germes émergents et hautement pathogènes, en particulier le SARS-CoV-2 a été lancé (Cf. L’Economiste n°5949 du 17 février 2021).

Nul doute que le défi auquel était confronté le Maroc était l’enseignement à distance durant l’année 2020. C’est ainsi que la fondation OCP a mis en place plusieurs actions pour aider à la continuité pédagogique, grâce à la digitalisation via l’UM6P et mis en place un guide d’enseignement à distance qui capitalise sur les acquis obtenus par son centre basé à l’UM6P.

Pour les étudiants de classes prépa, une plateforme «PrepaDigitale», qui contient plus de 100 capsules de cours a été mise en ligne et qui a permis à plus de 9.760 étudiants, professeurs et inspecteurs de classes préparatoires publiques de mieux encadrer leurs préparations aux divers concours aux écoles d’ingénieurs. Des plateformes digitales ont été aussi mises en place pour les coopératives. La digitalisation a permis de mettre en place des dispositifs d’accompagnement à distance, de commerce, de formation et d’échanges, particulièrement performants.

Soutien aux coopératives

Ainsi en mai 2020, l’UM6P et la Fondation OCP ont lancé un laboratoire d’expertise et de soutien aux coopératives marocaines et africaines et une plateforme de e-commerce, Sookoa, qui soutient les coopératives marocaines et africaines. Plus de 600 produits sont aujourd’hui commercialisés sur le site.

Autre plateforme mise en place, Olaya, un dispositif virtuel d’aide aux communautés marocaines en situation de précarité pendant les crises sanitaires type Covid-19 et en post-crise. Il s’agit d’une plateforme digitale de gestion de l’offre et de la demande d’aides d’urgence pour les communautés en situation de précarité, à travers l’acheminement de produits de première nécessité. Autre mission de la Fondation, soutenir la résilience autour de l’agriculture communautaire.

Au Bangladesh par exemple, 6 systèmes culturaux à base de riz ont été mis en place au profit de 5.000 bénéficiaires formés et accompagnés. En Éthiopie, l’Initiative d’agrégation des petits agriculteurs de la filière TEF dans les régions d’Amhara et Oromia a pu faire profiter plus de 25.000 bénéficiaires des actions de formation. Les résultats sont palpables avec des rendements améliorés de 65% et déjà des licences d’exportation du TEF attribuées à un groupe de 40 agriculteurs.

                                                             

Des dispositifs dans plusieurs continents

La Fondation a aussi mis en place des dispositifs de soutien au profit des partenaires en Afrique subsaharienne (le Togo, le Burkina Faso, la Guinée et Madagascar) et en Inde (Rajasthan) afin de limiter la propagation de la Covid-19. En Afrique, la Fondation a réalisé, en collaboration avec l’UM6P, plusieurs guides et des capsules tutoriels pour la fabrication de savons, de gel hydroalcoolique, de bavettes et visières. Elle a également financé l’acquisition des matières premières pour la production des moyens de protection contre le Covid et a mené des campagnes massives de sensibilisation et de distribution aux communautés rurales. Au Rajasthan, des actions ont également été entreprises en juillet 2020 et se sont poursuivies jusqu’en juin 2021 afin de limiter la propagation du virus. Ainsi, 7.508 personnes ont participé à des réunions et des actions de sensibilisation.

Badra BERRISSOULE

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite