×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

PLF 2022: Plus chères, les cigarettes!

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:6117 Le 19/10/2021 | Partager
Un schéma de refonte de la TIC jusqu’en 2026
Objectifs: Augmenter les recettes et préserver la santé
Le gap entre les produits Low Cost et Premium réduit

A partir du 1er janvier 2022, les cigarettes seront plus chères. Le projet de loi de finances dont les grandes orientations ont été validées lors du conseil des ministres tenu dimanche 17 octobre, prévoit un échéancier de refonte de la taxe intérieure à la consommation sur le tabac (TIC) jusqu’en 2026. La révision du régime fiscal concerne également la cigarette électronique.

plf-2022-017.jpg

Parmi les objectifs de la refonte de la TIC sur le tabac, figurent l’augmentation des recettes fiscales, la réduction du gap entre le prix des cigarettes Low Cost et premium, la lutte contre le tabagisme

Le réaménagement de la TIC a pour objectif de préserver les intérêts du Trésor en augmentant les recettes fiscales sur le tabac. Selon un opérateur, le gouvernement table sur des recettes additionnelles d’environ 3,5 milliards de DH d’ici 2026.

Le nouveau barème de la TIC vise également à pousser les distributeurs dans leurs derniers retranchements en augmentant au maximum les prix de vente comme dans les pays avancés. L’objectif étant d’appliquer une fiscalité intelligente qui contribue à dissuader la consommation des produits du tabac dans un souci de préservation de la santé des citoyens. Un observateur fait tout de même remarquer que le prix n’a jamais été rédhibitoire pour les fumeurs.

D’ailleurs, ils se rabattent généralement sur la vente de la cigarette au détail. Un circuit qui représentait avant le déclenchement de la pandémie du covid environ 45% du circuit de vente de la cigarette. L’autre enseignement du projet de loi de finances 2022, c’est que le gouvernement consolide sa politique de prix minimum de vente de la cigarette.

Un distributeur déclare à L’Economiste que selon les premières hypothèses, il n’y aura plus de cigarettes en dessous de 25 DH. Mieux encore, les prix devront augmenter au cours des cinq prochaines années de l’ordre d’environ 2 DH par an. Soit une dizaine de dirhams d’ici 2026. Ce qui aura pour conséquence la réduction du gap entre les cigarettes dites low cost et celles du premium.

Pour y arriver, le projet de loi de finances prévoit une quotité spécifique de 100 DH à partir de 2022, qui va augmenter pour se stabiliser à 550 DH en 2026. Quant à la quotité ad valorem du prix de vente, sans tenir compte de la TVA et de la TIC, elle baissera progressivement de 67% l’année prochaine pour atteindre 56,5% en 2026. Pour sa part, le minimum de perception passera de 675 DH à 710,2 DH en 2022 pour arriver à 953 DH quatre ans plus tard.

Le schéma de la révision de la TIC aura donc pour conséquence de pousser vers la hausse les marques de cigarettes Low cost qui représentent environ 50% du marché. Selon les premières estimations d’un expert du tabac, les produits premium ne devraient pas être trop impactés par la hausse. Ainsi, le  prix des Marlboro et des Winston, par exemple, à l’horizon 2026 pourrait passer à environ 40 DH contre respectivement 38 DH et 37 DH.

Quant aux Marquises, elle devrait s’aligner sur les Gauloises autour de 30 DH. La révision progressive de la fiscalité a pour objectif de donner de la visibilité aux distributeurs sur cinq ans à l’inverse du scénario des dernières années pendant lesquelles les opérateurs s’interrogeaient à chaque projet de loi de finances si la fiscalité sera touchée.

La refonte de la fiscalité du tabac vise également à inciter les distributeurs à relocaliser la fabrication de certaines marques internationales au Maroc. Il faut rappeler que les Marlboro étaient produites localement par l’ancienne régie des tabacs (devenue Société Marocaine des Tabacs) avant la rupture du contrat par  Philip Morris il y a quelques années.
Reste à savoir si ce schéma de réforme ne connaîtra pas de changements au terme des débats sur le projet de loi de finances 2022 au niveau des deux chambres.

produit-017.jpg

Le prix du liquide utilisé pour recharger les cigarettes électroniques devrait connaître une hausse sensible en raison de la révision de la TIC

                                                          

La cigarette électronique aussi

Le barème de la TIC applicable à la cigarette électronique sera également révisé via le projet de loi de finances 2022. Le nouveau barème fait le distinguo entre les produits avec et sans nicotine. Ainsi, le tarif passera de 3 DH/10 ml pour les produits sans nicotine à 5 DH. Le montant de la TIC sur les produits avec nicotine augmentera à 10 DH les 10 ml contre 5 DH actuellement.

Hassan EL ARIF

 

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite