×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Le pass vaccinal obligatoire pour accéder aux administrations

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:6117 Le 19/10/2021 | Partager
L’exigence du sésame est entrée en vigueur vendredi dernier
L’autorité sensibilise les opérateurs économiques et les banques

Le pass vaccinal est-il devenu obligatoire pour bénéficier des services administratifs et accéder aux endroits fermés dédiés aux activités non-essentielles (théâtres, cafés, restaurants, cinémas, salles de sport…etc)? Pas encore annoncée de manière officielle, l’exigence du sésame vaccinal à l’entrée des administrations est mise en exergue depuis vendredi dernier.

pass-vaccinal-017.jpg

Le pass vaccinal sera bientôt nécessaire pour accéder à des lieux publics (cafés, restaurants, centres commerciaux…). Dès l’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure, ils pourraient repousser les horaires de fermeture…A la mairie de Fès, cette obligation est de rigueur (Ph. YSA)

En effet, les Marocains doivent montrer leur pass (et CIN) avant d’accéder à certaines administrations. C’est le cas notamment à la wilaya de Fès-Meknès  et la mairie de Fès. Ici, Mohammed Dahbi, directeur des services communaux, était à pied d’œuvre ce lundi 18 octobre 2021. L’accès à la commune de Fès n’est autorisé qu’aux personnes munies de leurs pass vaccinal et CIN.

«Cette mesure est un appel aux personnes pour les encourager à se faire vacciner dans les plus brefs délais», souligne un médecin, notant que «le vaccin est à la fois gratuit et protecteur…C’est une mesure altruiste qui permettrait d’atteindre l’immunité collective pour reprendre une vie normale».

«Il n’y a pas de raison à ce qu’une catégorie de personnes, minoritaire, soit encore réticente, renchérit-il. Déployée depuis jeudi dernier, la présentation de ce document à l’entrée des administrations répondrait en effet à une décision qui aurait été prise la veille par le comité scientifique en coordination avec le département de l’Intérieur.
Pour la mettre en exergue, les autorités locales ont convié, jeudi 14 octobre 2021, les chefs d’entreprises et responsables de banques à une rencontre de sensibilisation. «Le mot d’ordre est d’appeler les ouvriers, personnels des institutions financières et autres à se faire vacciner dans les plus brefs délais», confie un chef d’entreprise ayant assisté à cette réunion à la wilaya de Fès.

Notons que l’obligation ou non, du pass vaccinal en entreprise est un sujet épineux qui fait débat depuis des mois. Toutefois, afin de préserver la santé des Marocains, la vaccination doit atteindre les ratios fixés par le comité scientifique. Ce qui permettra d'alléger davantage le déconfinement (vers une levée totale des mesures restrictives en novembre prochain.

pass-vaccinal-17.jpg

En attendant, le ministère de la Santé a indiqué dans une circulaire rendue publique vendredi dernier, que l’accélération du rythme de la vaccination doit être forte, proactive et ciblée permettant de faire bénéficier, par la première dose, les personnes n'ayant pas reçu la primo vaccination et d'achever le schéma vaccinal par la deuxième et la troisième doses pour ceux qui ont commencé leur vaccination.

Par ailleurs, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, qui revient à la tête de ce département, a appelé au renforcement de la communication en faveur du pass vaccinal dans les activités non-essentielles. Son ministère a également appelé à l'intégration dans la campagne des enfants en situation de handicap, ceux non scolarisés ainsi que ceux en conflit avec la loi, sans oublier les migrants sans-papiers.

De l’avis des experts de la santé, «le Maroc a atteint des taux de couverture totale qui vont jusqu’à 90% ou 100% selon les tranches d’âge». Etant donné que la vaccination est gratuite, «il n’y a aucune raison de ne pas être exigeant à l’égard des non vaccinés. Il y va de la santé publique et de la reprise économique qui dépendent de l’immunité collective».

Youness SAAD ALAMI

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite