×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Port de Casablanca: Sous-dimensionnement et bureaucratie!

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:6117 Le 19/10/2021 | Partager
Les tours fabriquées par Prominox mesurent 10 m x 9,8 m
Une commande du géant saoudien de l’acide sulfurique
Mais le portail ne dépasse pas 9 m

Le patron de Prominox est furax! L’unité industrielle vient d’achever la construction de trois équipements de process, une sorte de citernes géantes, destinées à Maaden, usine de fabrication d’acide sulfurique en Arabie saoudite, la plus grande à l’échelle internationale.

port-de-casablanca-019.jpg

Pour acheminer les trois tours jusqu’au port, le convoi a dû effectuer un détour en passant par Mohammedia pour emprunter la route côtière. Ce qui a duré 20 heures (Ph. Jarfi)

Les dispositifs ont été acheminés, samedi 16 octobre, par gros camions, avec un convoi de police et interdiction de circulation tout le long du trajet jusqu’au port de Casablanca. Pour des contraintes spécifiques à la voirie, les trois camions ont dû faire le détour jusqu’à Mohammedia pour emprunter la route côtière.

En effet, le bateau devant transporter les équipements en question est en rade au port. Sauf que ces équipements font 10 m de largeur contre 9,8 m de hauteur et que la porte d’entrée du port mesure 9 m seulement. Par conséquent, impossible de passer. Comment en est-on arrivé là? Le management de Prominox n’était pas au courant de ce détail de taille?

«Nous avons proposé à l’Agence nationale des ports d’élargir le portail à nos frais mais en vain. Cela fait dix ans que nous demandons à l’Agence d’agrandir la porte pour permettre le passage des gros colis. Elle est passée de 6 m à 9 alors que nous avons toujours réclamé de porter sa largeur à 12 m», explique Tarik Aitri, directeur général.

En tout cas, les camions sont arrivés devant la porte du port lundi à minuit.  L’opération a duré 48 heures, depuis le chargement jusqu’à l’arrivée au port. Les difficultés sont nombreuses. Les camions, appartenant à la société Tracimex, roulaient très lentement. C’est la raison pour laquelle le transport a duré 20 heures. «Pour passer sur les dos-d’âne, nous mettions parfois 30 minutes», confie Aitri.

port-de-casablanca-2-019.jpg

Les tours destinées à Maaden, en Arabie saoudite, sont fabriquées au Maroc à partir d’un acier breveté par une société américaine qui en a donné l’exclusivité à Prominox (Ph. Jarfi)

A l’heure où nous mettons sous presse, le patron de Prominox était en train de mener les tractations nécessaires pour débloquer la situation. Pour cela, il existe deux options: soit casser le portail pour permettre le passage des camions avec leur chargement, soit faire appel à des grues géantes. Cette deuxième possibilité présente plusieurs inconvénients. D’abord, il n’est pas sûr de trouver une grue géante disponible puisque beaucoup d’entre elles sont engagées dans l’installation des éoliennes.

De plus, cette option devrait coûter environ 700.000 DH. Un prix plus élevé que si l’Agence des ports procédait à l’élargissement de la porte du port en démolissant une partie (1 mètre) du mur. Ce qui nécessite beaucoup de formalités qui tombent mal puisque les 19 et 20 octobre sont des jours fériés et chômés. Il sera donc difficile de trouver des interlocuteurs dans l’administration. Contactée par L’Economiste, Nadia Laraki, DG de l’ANP, est restée injoignable.

La société Prominox n’en est pas à un coup d’essai. Elle a déjà livré des équipements d’une envergue moindre aux quatre coins du monde: Australie, Italie, Russie, France, Niger… Les tours commandées par Maaden, qui ont nécessité trois mois de travail, devront être livrées en Arabie saoudite où elles devront être déchargées par une grue acheminée depuis les Emirats arabes unis. Elles seront ensuite convoyées pendant 34 jours jusqu’à l’usine.

port-de-casablanca-3-019.jpg

La porte n°6 du port de Casablanca mesure 9 m alors que les tours destinées à être exportées en Arabie saoudite en font 10 m de large contre 9,8 m de hauteur (Ph. T.A.)

Ces tours sont fabriquées à partir d’un inox spécial, breveté par une société américaine et dont Prominox détient l’exclusivité. Elles rentrent dans le cadre d’un plan d’investissement de 10 milliards de dollars d’ici 2030. La société Prominox devrait livrer en tout 36 tours similaires pour les six usines du géant saoudien.

En plus des trois tours, l’unité industrielle marocaine livrera d’autres équipements qui seront installés une fois sur place en Arabie saoudite. Acheminés par containers depuis l’usine jusqu’au port, ils ne devraient pas poser de problème.

L’affaire des tours remet une fois de plus la qualité des infrastructures nationales. Il est vrai que le Maroc est parfois bien classé sur le plan international, mais il manque souvent un détail qui fait la différence.
La solution qui a été proposée par l’ANP consiste à démolir une partie du mur de la porte d’entrée, le temps de faire passer les tours et de le reconstruire en l’état. Pour cela, Prominox doit déposer une caution bancaire de 60.000 DH. Faudra-t-il recasser le mur pour les prochaines exportations?

Hassan EL ARIF

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite