×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Couverture des élections: 458 heures de temps d’antenne dédiées aux programmes

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:6140 Le 23/11/2021 | Partager
47% de ce volume accaparé par 6 partis disposant d’un groupe parlementaire
Une seule plainte déposée contre un contenu diffusé par une chaîne publique le jour du scrutin
La Haca fait le point

80% des services radiophoniques et télévisuels, publics et privés, ont participé à la couverture des élections législatives, régionales et communales du 8 septembre dernier. C’est ce qui ressort du rapport de la Haca relatif à la couverture médiatique de ces scrutins. Cela concerne 5 télévisions, 15 radios publiques, ainsi qu’une télévision et 12 radios privées.

couverture-des-elections-040.jpg

En plus d’une seule plainte reçue d’un parti politique, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle a également décidé de traiter un certain nombre d’auto-saisines concernant divers programmes. Ces derniers «comportaient des écarts par rapport aux règles édictées par la décision du Conseil relative à la garantie du pluralisme de l’expression politique» (Ph. L’Economiste)

«En dehors des spots de sensibilisation à l’importance de la participation citoyenne et des capsules d’explication relatives au déroulement des élections, 2.238 programmes, soit 458 heures de temps d’antenne, en lien avec les différents aspects du processus électoral ont été recensés».

Le temps d’antenne quotidien moyen occupé par les interventions des représentants des partis s’est élevé, selon la Haca, à 5 heures, contre près d’une heure en période normale. Les chaînes publiques ont procédé, dès le début de la période électorale, à l’adoption d’une programmation spécifique, totalisant 296 heures de temps d’antenne, consacrées aux programmes dédiés aux élections.

En face, le volume horaire consacré aux scrutins par les services de radio et de télévision privées s’est élevé à 162 heures, soit 4h15 en moyenne par jour. En matière d’accès équitable des représentants des différents partis, la décision du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle avait fixé les normes pour les 3 catégories de formations politiques.

La 1re, constituée de 6 partis disposant d’un groupe au sein de l’une des deux Chambres du Parlement, a bénéficié de 47% du temps d’antenne global. Les 9 partis représentés au Parlement, mais n’ayant pas de groupe, ont bénéficié de 29% du temps d’antenne, au moment où la 3e catégorie, formée de 17 partis non représentés au Parlement, a obtenu 24% du volume global du temps d’antenne.

couverture-des-elections-040.jpg

En dehors des spots de sensibilisation à l’importance de la participation citoyenne et des capsules d’explication relatives au déroulement des élections, 2.238 programmes, soit 458 heures de temps d’antenne, en lien avec les différents aspects du processus électoral ont été recensés

En matière de représentativité des femmes, ces dernières ont représenté 19% de l’ensemble des 1.012 personnalités publiques ayant pris la parole dans les émissions de radio ou de télévision liées aux élections. Il s’agit de 112 femmes membres de partis et de 86 intervenantes, dont près de la moitié s’est exprimée au nom de la société civile. De leur côté, les jeunes ont pu intervenir au niveau de 369 contenus radiophoniques et télévisuels, soit 20% du volume total des programmes.

Pour ce qui est de la veille au respect de la réglementation du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle, la Haca a annoncé avoir reçu une seule plainte, déposée par un parti à propos d’un contenu électoral diffusé par une chaîne de télévision publique le jour du scrutin.

Le Conseil a également décidé de traiter un certain nombre d’auto-saisines concernant divers programmes. Ces derniers «comportaient des écarts par rapport aux règles édictées par la décision du Conseil relative à la garantie du pluralisme de l’expression politique».

M.A.M.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite