×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Assassinat d'un témoin dans le procès contre Sharon

Par L'Economiste | Edition N°:1193 Le 25/01/2002 | Partager

. Israël est accusé de vouloir empêcher l'ex-ministre libanais de témoigner dans la procédure engagée contre Sharon pour son rôle dans Sabra et ChatilaL'assassinat de l'un des protagonistes les plus controversés de la guerre du Liban, Elie Hobeika, intervient à un moment où la situation est très tendue au Proche-Orient. Cet attentat survient deux jours après que Hobeika eut rencontré, de manière confidentielle, des sénateurs belges, dont Josy Dubié, président de la Commission de justice et vice-président de la Commission des affaires étrangères du Sénat belge. Hobeika se sentait «menacé» et avait des «révélations» à faire sur les massacres de Sabra et Chatila, a déclaré Dubié. “Il a assuré ne pas être impliqué et détenait des preuves de son innocence”, a-t-il ajouté.Le Président libanais, Emile Lahoud, a dénoncé l'assassinat de l'ancien député et ancien ministre et jugé qu'il s'agissait d'un crime à multiples objectifs. «Ses auteurs entendaient porter atteinte à la stabilité interne que connaît le Liban depuis 11 ans, faisant de lui un modèle et un lieu de rencontre des congrès arabes et internationaux et d'activités internationales diverses», a-t-il affirmé. «Leur objectif est également de détourner l'attention de l'opinion arabe et mondiale des crimes commis en Palestine occupée et d'empêcher le défunt de témoigner devant le Tribunal de Belgique», où une procédure est engagée contre Sharon pour son rôle dans le massacre des camps palestiniens de Sabra et Chatila, à Beyrouth, qui ont fait entre 800 et 2.000 morts en septembre 1982.De son côté, le représentant au Liban du Président palestinien Yasser Arafat a imputé la mort de l'ex-chef milicien et ancien ministre libanais aux services de renseignements israéliens. “Le Mossad sioniste est derrière l'assassinat de Hobeika commis pour l'empêcher qu'il comparaisse comme témoin dans le procès contre Sharon”, a déclaré Sultan Aboul Aïnayne. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Piqué, dont le pays préside l'Union européenne, a souhaité que cet attentat «reste un cas isolé». «Je veux d'abord condamner, au nom de l'Union européenne, cet attentat», et «souhaiter qu'il n'introduise pas un élément de complication et de recul dans la difficile situation de la région», a ajouté le chef de la Diplomatie espagnole lors d'une conférence de presse à Madrid. «La paix doit être globale. Le Liban vit depuis un moment une période de calme et on peut craindre qu'une déstabilisation nous emporte de nouveau dans une dynamique qui ferait empirer, si c'est possible, la situation», a estimé Piqué, qui recevait à Madrid son homologue de Malte, Joseph Borg. Piqué a aussi demandé «la modération maximale» à tous les acteurs du conflit au Proche-Orient.


Un fonds suisse pour les victimes de l'Holocauste

Le Fonds suisse en faveur des victimes de l'Holocauste dans le besoin a affecté 295 millions de francs suisses à 312.215 bénéficiaires. Le Fonds suisse, créé par la Confédération en 1997 en geste de solidarité envers les persécutés du régime nazi, constitue une action humanitaire indépendante de la question des comptes en déshérence et de l'accord global de 1998 entre banques suisses et plaignants juifs. Il a été alimenté par une donation initiale de 273 millions de francs suisses offerte par des banques et des entreprises suisses, ainsi que par la Banque helvétique. A ce montant se sont ajoutés des intérêts et des donations de particuliers pour quelque 25 millions de francs suisses. Sur ces 298 millions de francs, à ce jour, plus de 292 millions de francs ont été transférés aux organisations responsables des distributions, dont 284 millions de francs ont été effectivement distribués aux victimes du régime nazi, réparties dans 48 pays, a indiqué Barbara Eckwall, secrétaire générale du fonds. M. Be. (AFP)

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite