×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Des indicateurs au zénith

· La barre des 2 millions de touristes aura été franchie en 1998

Par L'Economiste | Edition N°:417 Le 07/01/1999 | Partager

Une croissance de 14,4% au niveau des recettes, 10,4% pour les arrivées et 10,5% pour les nuitées. Trois chiffres qui traduisent une embellie de l'activité pour 1998 par rapport à 1997.

LE tourisme marocain est-il définitivement sorti de la crise? A en croire les chiffres rendus publics par le Ministère du Tourisme, il semble que oui. C'est d'ailleurs pour la première fois que ce Département communique aussitôt (première semaine de janvier au lieu de juin, voire plus tard) les résultats de l'activité de l'année. Ils concernent les onze premiers mois de l'année 1998. Par le passé, il fallait attendre le mois de mai pour s'enquérir du bilan annuel de l'activité.
D'après ces chiffres, le Maroc semble retrouver une dynamique touristique, une tendance déjà observée en 1997. Selon les prévisions du Ministère, le Maroc devait dépasser, pour la première fois, la barre des deux millions de touristes étrangers en 1998.
Globalement, sur les onze premiers mois, le résultat a connu une hausse de 10,4% par rapport à 1997. En nombre, ils étaient 1,86 million de touristes à avoir visité le Maroc en 1998 contre 1,69 l'année précédente.
Au cours du mois de novembre, les arrivées ont enregistré un accroissement de 7,4% par rapport à la même période de l'année dernière. Cette augmentation n'a pas été identique sur tous les marchés. Ainsi, les arrivées du marché français (premier émetteur vers le Maroc) ont connu une légère baisse (2,2%). Ce qui a ramené leur rythme de croissance durant l'année 1998 à 8,9%. Le marché allemand a lui aussi connu une baisse de 1,8%.
En revanche, le marché espagnol a enregistré une progression de 6,7% entraînant une augmentation de 2,7% durant les onze premiers mois. Mais c'est le marché anglais qui a battu cette année le record. Il a enregistré une augmentation notable au niveau des arrivées durant le mois de novembre avec 48,5%. Ce qui a permis d'atteindre un accroissement important de 30%. La nouvelle stratégie adoptée par l'ONMT (Office National Marocain du Tourisme) y est pour beaucoup selon les responsables de cet organisme. Elle consiste à cibler le prescripteur, (Tour Opérateur).

Le baromètre


L'Office, qui alloue à la commercialisation un budget de 7 millions de DH, a consacré d'ailleurs une part importante de cette enveloppe au marché britannique. Reste que la paternité de la reprise touristique a toujours été un sujet de polémique entre le Ministère et les professionnels. En réalité, l'embellie de l'activité était perceptible déjà en septembre. La ville ocre a réalisé une bonne performance durant ce mois, avec un taux moyen d'occupation de 47,6% (83.600 arrivées et 244.127 nuitées). Des chiffres donc qui peuvent traduire une reprise, non seulement pour Marrakech, mais aussi pour le reste du Maroc, Marrakech étant le baromètre du tourisme dans le pays.
Concernant les nuitées, le volume réalisé dans les hôtels classés a lui aussi connu un accroissement de 10,5%. Sur les onze mois, les hôteliers ont réalisé 11,1 millions (tous types de tourisme confondus) contre 10,1 en 1997. Le tourisme international y contribue pour 80,8%.
Malheureusement, ce regain de volume ne se traduit pas dans la durée du séjour moyen. Celui-ci stagne et demeure inférieur à 3 nuitées/touriste, déplorent les professionnels. Les recettes pour leur part ont enregistré une croissance de 14,4%. Durant les dix premiers mois, elles ont atteint 13,45 milliards de DH contre 11,7 milliards l'année précédente.

Badira BERRISSOULE




























La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite