×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Exposition de monnaies: Douze siècles revisités

Par L'Economiste | Edition N°:312 Le 08/01/1998 | Partager

L'Espace Actua de la BCM abrite une exposition de 86 pièces de monnaies anciennes. Elle retrace l'histoire de 12 siècles au Maroc.


LA Banque Commerciale du Maroc organise, jusqu'au 21 février, une exposition d'anciennes monnaies marocaines dans sa galerie Actua. Sous le thème «Monnaies, reflet de l'histoire», 12 siècles d'histoire du Maroc sont contés à travers une collection jugée des plus rares. «Le fait que ce soit des pièces de monnaie constitue un prolongement naturel par l'histoire par rapport à l'activité de la banque», explique Mme Ghita Triki, responsable de l'Espace Actua.
La collection a été acquise progressivement par la Banque. Une première tranche, la plus importante, est constituée de 950 pièces. Ces pièces ont été achetées en 1987 et ont fait l'objet d'une première exposition. En 1990, 350 autres pièces de monnaies viendront enrichir la collection. «Il est difficile de définir le prix de cette collection vu sa valeur artistique et historique. De plus, elle comprend des pièces recherchées et très rares», fait remarquer Mme Triki.
Sur ce patrimoine, seules 86 pièces sont exposées, car «plus représentatives» des fluctuations de l'histoire marocaine entre les IXème et XIXème siècles.

Visite guidée


Elles appartiennent aux dynasties qui ont régné durant cette époque, à savoir les Omeyyades d'Orient et d'Andalousie, les Midrarides de Sijilmassa, les Idrissides, les Almoravides, les Almohades, les Mérinides, les Saâdiens et les Alaouites.
Chaque pièce est présentée sur un panneau, accompagnée de clichés agrandis, montrant son endroit et son revers et mettant en valeur le texte gravé dessus. Un maximum d'informations (date de frappe, lieu de fabrication, règne...) sont données à côté. Les panneaux sont disposés de manière à remonter dans le temps.
Au milieu sont exposées, dans des présentoirs en forme de pyramides, les pièces les plus rares et les plus recherchées. Elles représentent les plus grandes dynasties:
· Le Dinar almoravide (XIème et XIIème siècles). En or pur, cette pièce est frappée à Fès en 535 de l'Hégire (1140 JC) par Ali, fils de Youssef Ibn Tachefine. Elle compte parmi les plus beaux spécimens du genre, est-il indiqué. Ses légendes, en caractères koufis, rehaussent son éclat.
· Les Mithqals alaouites (XVIIIème siècle): Pièces en argent d'environ 27g, elles ont été frappées à des moments critiques caractérisés par des troubles socio-politiques graves ou des désordres économiques.

Un verset coranique à l'encontre des thésaurisateurs est reproduit sur l'un des trois exemplaires exposés. La pièce a été frappée à Tétouan sous le règne du Sultan Mohammed Ibn Abdellah en 1195 de l'Hégire (1787 JC).
· Le Dinar mérinide (XIIIème et XIVème siècles). Il existe en deux types: avec ou sans mention de l'atelier ni du nom du sultan. Celui exposé est anonyme, il représente la première période mérinide, attribuée à Abou Ya'qoub Youssef. Il est en or pur et en parfait état.
· Le Dirham idrisside. Remontant au règne d'Idriss II et frappée dans l'atelier appelé «Al Aliya» en 202 de l'Hégire (815-816 JC), cette pièce, découverte en 1939, a permis de résoudre définitivement la question de la fondation de Fès attribuée tantôt à Idriss Ier, tantôt à Idriss II.
Au fond de la salle, des monnaies en bronze représentent les Alaouites, seule dynastie à avoir utilisé ce minerai.
Des affiches complètent l'exposition avec des textes historiques et un décryptage plus en profondeur de la pièce et de ses inscriptions.


Bientôt la Fondation Actua



L'Espace Actua, inauguré en juin 1996, a accueilli plusieurs expositions d'art plastique que ce soit à l'initiative de la Banque Commerciale du Maroc ou en collaboration avec des instituts culturels.
«Nous sommes en train de créer la «Fondation Actua», qui sera axée exclusivement sur l'art contemporain marocain et sa promotion», annonce Mme Triki. La Fondation englobera l'Espace Actua et assurera en parallèle des activités d'exposition et d'animation culturelle en direction du grand public et du personnel de la Banque. Elle démarrera en avril avec une exposition d'art plastique. «Nous essayerons d'en faire une sorte de plate-forme d'artistes méditerranéens», souligne Mme Triki.

Hanaâ FOULANI

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite