×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

PME/PMI: Le transfert de technologie ne suffit plus

Par L'Economiste | Edition N°:651 Le 02/12/1999 | Partager

· Le partenariat entre pays doit aussi se baser sur l'avantage stratégique

· Dans un message adressé aux participants, SM le Roi exhorte le gouvernement à accélérer la réforme de l'Administration


LE partenariat entre pays ne devrait plus se limiter à un transfert de technologie Nord/Sud. Il devrait au contraire se baser sur un avantage stratégique qui, le cas échéant, pourrait être créé par les PME/PMI, surtout que les entreprises doivent relever le défi de la compétitivité pour faire face à la concurrence internationale. L'un des avantages stratégiques dont peuvent bénéficier les PME marocaines réside notamment dans l'importance du nombre de MRE. Ces derniers pourraient permettre aux PME/PMI de pénétrer les marchés extérieurs. C'est du moins ce que M. Chapparo, senior advisor du vice-président Europe de la Banque Mondiale, a laissé entendre lors du séminaire organisé hier à Rabat, sur le développement de la PME/PMI la qualifiant de "moteur de la croissance économique".
Outre la nécessité de donner une dimension stratégique au partenariat, le représentant de la Banque Mondiale n'a pas manqué de relever l'importance d'un secteur financier diversifié et compétitif.
D'ailleurs, parmi les con-traintes des entreprises figure l'accès au financement. Dans le message Royal adressé aux sémina- ristes, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a mis l'accent sur ce volet, incitant ainsi les institutions financières à accorder davantage d'attention aux PME/PMI.
Le Souverain a insisté sur la nécessité de mettre en place des structures d'accueil et des mécanismes de financement pour doter les PME/PMI des ressources nécessaires à leur investissement et à leur fonctionnement et ce, par le biais d'une mobilisation optimale des crédits étrangers qui leur sont destinés.

De son côté, le Livre Blanc, élaboré à l'issue des travaux du Forum-group, a relevé les principales mesures à mettre en place notamment pour simplifier le financement des PME/PMI. Il s'agit notamment de favoriser l'augmentation des fonds propres des PME par la mise en place de mesures fiscales incitatives qui puissent leur permettre d'incorporer une partie des bénéfices dans le capital. Rappelons que, lors des assises nationales des PME/PMI, M. Nourreddine Bensouda, directeur des Impôts, avait écarté la possibilité d'une fiscalité spécifique pour les PME/PMI.
Une autre mesure visant à faciliter la tâche aux PME/PMI porte sur la nécessité d'accélérer la réforme de l'Administration. A ce niveau, Sa Majesté le Roi a exhorté le gouvernement à "veiller à la simplification des procédures administratives, d'en réduire la complexité et de mettre un terme aux dysfonctionnements qui affectent certaines d'entre elles».

Khadija MASMOUDI & Fadoua TOUANSSI


Politique dynamique


PARMI les principales entraves rencontrées par les entreprises figurent l'absence d'un cadre général cohérent et l'inefficacité des mesures et des programmes existants. Le Livre Blanc propose de mettre en place une politique dynamique en faveur de la PME qui se base notamment sur l'impulsion du rôle de l'Etat facilitateur et catalyseur, la diversification des acteurs, le partenariat public/privé et la préservation d'un cadre de libre concurrence, la décentralisation, la coordination, l'évaluation des performances des différents acteurs.

Mohamed BENABID

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite