×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Repères politiques

Par L'Economiste | Edition N°:312 Le 08/01/1998 | Partager

· Les présidents du Parlement élus
Le délai demandé par les députés pour effectuer des consultations sur les candidatures au Parlement a porté ses fruits. C'est M. Jalal Essaïd qui a été choisi mercredi 7 janvier pour présider aux destinées de la Chambre des Conseillers. M. Essaïd, président du Parlement lors du précédent mandat, s'était présenté aux élections sous la bannière de l'Union Constitutionnelle.
La veille, M. Abdelouahed Radi a été élu président de la Chambre des Représentants par ses 325 députés.
M. Radi, membre du Bureau Politique de l'Union Socialiste des Forces Populaires, a obtenu 184 voix contre 133 pour son rival, M. M'Hamad Laenser.
Professeur de philosophie, M. Radi a été ministre de la Coopération lors du gouvernement présidé par M. Mohamed Karim-Lamrani en 1983. L'année suivante, le Souverain le nomme secrétaire général de l'Union Arabo-africaine, rapprochement avec la Lybie qui n'a pas fait long feu.

· Transparency-Maroc: Le feu vert
M. Sion Assidon, président de Transparency-Maroc oit encore savourer la bonne nouvelle. Son assciation, spécialisée dans la lutte contre la corruption, vient d'obtenir son autorisation. Ce feu vert donné à l'association a coïncidé avec la journée nationale contre la corruption. Au programme de cette journée plusieurs ateliers sur la corruption dans plusieurs domaines de la vie économique, sociale et politique au Maroc (voir article en page 5). · Législatives: Le rapport OMDH
L'Organisation Marocaine des Droits de l'Homme (OMDH) a présenté son rapport sur les élections de la Chambre des Représentants du 14 novembre dernier. M. Abdelaziz Bennani, président de l'Assocition, a exposé les critères à la base de l'observation du processus électoral dans quelques villes. Ce travail a été facilité par la formation dont a bénéficié un groupe de 50 membres. Le séminaire a porté sur les techniques de contrôle des élections, animé par les ONG et des organismes spécialisés.
Pour M. Bennani, l'utilisation de l'argent a pesé lourd sur ces élections. Il a estimé qu'il n'y avait pas eu d'avancées par rapport à l'évaluation effectuée à la suite des élections communales.

· Deux partis pour un groupe parlementaire
Le PPS et le PDS ont décidé de former un groupe parlementaire unifié dans chacune des deux Chambres. Le nom choisi est le Groupe du Renouveau et du Progrès Démocratique.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite

Retrouvez dans la même rubrique