×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Démêler

Par L'Economiste| Edition N°:2589 Le 13/08/2007 | Partager

IL y a des choses que le Haut commissariat au Plan ferait mieux de s’abstenir de faire, en particulier ses Notes de conjoncture.Le HCP est sans doute dans son rôle lorsqu’il planifie ou lance des investigations sur l’avenir… sauf la dernière en date, sur le tourisme, qui faisait bien pâle figure face à la réalité du développement touristique sur le terrain. Mais tout le monde peut se tromper… Les Cahiers du Plan, eux, ont une bien meilleure tenue. Ce magazine édité par le HCP est malheureusement trop peu connu. La pertinence et l’intelligence de ses analyses mériteraient d’être promues. En revanche, le HCP n’est pas du tout à l’aise quand il traite de conjoncture: ses analystes emploient le conditionnel, alors que les faits sur le terrain sont avérés depuis plusieurs mois ; ils hésitent à faire des liens entre les faits, alors que ces liens sont justement ce qui conditionne la conjoncture et donnerait du sens à leur approche… Tout au long de la note, c’est un ensemble d’hésitations et de restrictions mentales qui affaiblissent l’analyse, au point, parfois, de la rendre un peu ridicule.En un mot comme en cent, le Haut commissariat n’est pas dans son emploi quand il se mêle de conjoncture. On ne peut quand même pas penser, compte tenu de la probité des experts qui travaillent au HCP depuis des années, qu’ils se sont laissés aller à faire de la «politicaillerie»!En fait, comme dans tout ouvrage intellectuel, quand la médiocrité apparaît ainsi, c’est qu’il y a quelque chose qui gêne la tranquillité d’esprit, qui trouble la sérénité. Une situation qui rend ces analystes timides et confus.En fait, on le sait depuis longtemps: il faut séparer la partie des statistiques, comprenant les analyses de conjoncture, de tout le reste du HCP, et la rendre indépendante du gouvernement. On l’a oublié, mais ce n’est que pur hasard politique que tout s’est trouvé emmêlé, il y a vingt ans. Il est temps de le démêler.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc