×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Enjeux

    Par L'Economiste| Edition N°:2587 Le 09/08/2007 | Partager

    LE nom a bien entendu une consonance particulière. Si bien qu’il est difficile de dissocier les compétences, réelles, du personnage, de son ancien portefeuille. Beaucoup vont avant tout y voir une manoeuvre stratégique sur laquelle il convient de ne pas se faire d’illusion: El Himma à la primature. Nous n’en sommes pas encore là mais le raisonnement se tient.Un certain nombre de soubresauts de la vie politique ont régulièrement amené, depuis quelques années, à s’interroger sur la capacité de la Constitution, les conditions à réunir, pour permettre un fonctionnement efficace du système politique marocain. Ceux-ci ont placé l’attention sur le problème des pouvoirs du Premier ministre, certains préconisant le renforcement de ses prérogatives de manière à le rendre pleinement et directement responsable de la politique gouvernementale. La tâche n’a pas toujours été facile lorsqu’il s’est agi d’harmoniser les points de vue ou de gommer les avatars des fonctionnements conflictuels à l’origine des lenteurs des réformes. Souvent les critères d’appartenance politique prévalent sur ceux d’efficacité et de compétence et les objectifs sont parfois pervertis par des intérêts personnels.Du coup l’hypothèse d’un réajustement des institutions pour réunir ces conditions a émergé. Serai-ce là les enjeux de la candidature El Himma? Nous souhaitons tous une démocratie où l’on prenne mieux en compte la volonté du peuple. Et il n’y a aujourd’hui aucune raison objective de considérer qu’il soit antidémocratique de voter El himma, ce dernier s’étant dépouillé de ses prérogatives officielles. Bien entendu cette candidature animera pendant longtemps les discussions et les commentaires. Y compris chez les esprits non dénués d’humour: s’il est Premier ministre, il lui suffirait juste de siffler pour que tout le monde rentre dans la bergerie! Mais il faut le lui reconnaître, en dépit de sa casquette d’homme fort du régime, son modus operandi a souvent été consensuel. Alors qui voudra voter pour lui?Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc