×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 07/12/2021
Solidarité

Le Smig rattrape les médecins. Non, ce n’est pas leur paupérisation, ce sera une base pour leur...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Coup d’Etat au Soudan: condamnation internationale

Par L'Economiste| Le 25/10/2021 - 12:17 | Partager
Coup d’Etat au Soudan: condamnation internationale

Une tentative de coup d'État a eu lieu ce lundi 25 octobre au Soudan où le Premier ministre, Abdallah Hamdok, et la plupart des ministres et des membres civils du conseil de souveraineté, qui chapeaute la transition dans le pays, ont été arrêtés par l'armée.

Le général soudanais Abdel Fattah al-Burhan, qui dirige la transition, a dissout lundi les autorités de transition dont la quasi-totalité des membres civils est déjà aux mains de l'armée, décrétant l'état d'urgence alors que des tirs ont déjà fait des blessés parmi les manifestants pro-démocratie. La nouvelle a aussitôt provoqué la réaction de nombreux Soudanais sortis dans les rues pour dénoncer ce coup d'Etat.

Cette nouvelle tentative de prise du pouvoir par la force s'est déroulée en plusieurs étapes. Le Premier ministre, son épouse, nombre de ses ministres et tous les membres civils du Conseil de souveraineté - plus haute autorité de la transition - ont été arrêtés par des militaires. Ces derniers ont également pris le contrôle de télévision d'État et à la mi-journée le général Abdel Fattah al-Burhan y est apparu. Ne cessant de répéter qu'il souhaitait toujours "une transition vers un État civil et des élections libres en 2023", il a malgré tout relevé tous les dirigeants de leurs fonctions. "Le gouvernement est dissout, de même que le Conseil de souveraineté", a-t-il dit. "Les préfets et ministres sont limogés, et l'état d'urgence est déclaré dans tout le pays".

Ce coup d'État a aussitôt été condamné par la communauté internationale. Les Etats-Unis, dont l'émissaire pour la Corne de l'Afrique était la veille encore dans le bureau du Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, se sont dits "profondément inquiets", prévenant que "tout changement du gouvernement de transition mettait en danger l'aide américaine". De son côté, la Commission européenne a appelé à la "libération rapide" des dirigeants civils du gouvernement du Soudan.