×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Foot

Par L'Economiste| Edition N°:2592 Le 17/08/2007 | Partager

LA gouvernance du foot est malade. Curieuse manière de remercier un entraîneur marocain à mi-mandat sans explication aucune. Le sport roi fait parler de lui non pas pour ses performances mais pour sa gestion. Ce qui est en train de devenir l’affaire Fakhir est vraisemblablement sortie du domaine sportif. L’opinion publique a le droit de demander des comptes. Après tout nous parlons bien de choses économiques, de l’argent du contribuable. Lorsqu’on s’intéresse à la sociologie du foot, l’on redécouvre cet autre Maroc qu’on n’a plus envie de revoir. Celui d’un domaine où les mentalités n’évoluent pas, où les réformes piétinent et continuent de véhiculer une image désastreuse de gestion à la soviétique. C’est bien ce qui se cache derrière cette manière très féodale de donner leur chance aux cadres nationaux. Les modalités de signature et de résiliation de contrats sont opaques, tout comme l’utilisation des fonds publics, et du montant des transferts ou des droits télévisés et parfois des recettes de sponsoring et de parrainage. Quant aux réseaux, ils fonctionnent plus selon des logiques d’allégeance et de clanisme, que d’une véritable démocratie. C’est ce qui affecte in fine la crédibilité des instances dirigeantes. Prenez les assemblées générales des clubs, assez révélatrices de ces systèmes rétrogrades. Pas une qui ne se termine en rixe ou, au mieux, l’on ne se traite de tous les noms, quand on ne se menace pas à coups de poing, voire à l’arme blanche. Bien entendu le statu quo profite à tous. Personne n’a à gagner à voir les clubs gérés comme des sociétés avec actionnaires et conseil d’administration, des comptes certifiés et rendus publics. Cette déroute ne peut pas nous indifférer. L’opinion ne souhaite pas que le mot Maroc soit associé à une débâcle déshonorante. Où est le sauveur?Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc