×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

A l'envers

Par L'Economiste| Edition N°:2590 Le 15/08/2007 | Partager

L’affaire Bahraoui ne pourrait être qu’amusante tant elle est ridicule: imaginons la tête de gens, invités à dîner chez le maire et qui finissent la nuit au poste de police comme s’ils avaient été raflés dans une maison close!Malheureusement, toutes ces affaires poltico-judiciaires renferment de graves dangers tant pour la démocratisation du pays que pour la liberté de ses citoyens.D’abord, comment comprendre les messages? D’un côté, tout incite à s’impliquer dans la politisation, de l’autre n’importe qui peut se retrouver au poste s’il s’implique! Plus problèmatique encore, cette affaire à Sefrou où une famille ayant reçu la visite de l’épouse du député local, s’est retrouvée au poste. En fait, il suffit d’une dénonciation pour que la machine policière se mette en branle, sans égard pour la dignité des personnes.Longtemps, la chose politique avait rebuté les honnêtes gens, qui ne voulaient rien avoir à faire avec les agissements en vigueur dans l’ancienne classe politique (achats de voix, élections préfabriquées…). Aujourd’hui, ces agissements ont été largement circonscrits et les gens honnêtes s’intéressent à nouveau à la politique; mais on tombe désormais dans l’excès inverse: ne voilà-t-il pas que la fréquentation de ce milieu peut vous emmener passer la nuit au poste, où vous serez sommé de vous justifier sur ce que vous avez dit et sur ce que vous avez entendu!Le deuxième danger pèse, lui, sur la liberté dont tout un chacun doit jouir en toute quiétude. Dans un Etat de droit, c’est à l’accusation de prouver l’infraction, pas au citoyen de prouver qu’il est innocent. Or, dans ces affaires de moralisation politique, le risque est de plus en plus grand que l’on se mettre à raisonner à l’envers et à détruire d’un côté ce qu’on a mis deux décennies à construire de l’autre, en matière de démocratisation, de citoyenneté, de droits de l’homme et de liberté individuelle.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc